Edito 2021

En 2021, redonnons ses lettres de noblesse à la chimie !

La simple évocation du mot chimie auprès du grand public évoque des connotations extrêmement négatives : pollution, toxique, danger…

Le greenwashing actuel et les discours marketing autour de la « clean beauty » ont tendance à nous faire croire que chimie = danger et que naturel = safe. Alors a-t-on raison d’avoir peur de la chimie ?

Nous avons décidé de nous pencher sur ce sujet hautement sensible.

Ingrédients de synthèse forcément mauvais ?

Il convient de rappeler que la chimie est partout autour de nous! Synthétiser signifie simplement associer des molécules ensemble.

La simple évaporation de l’eau à 100 °C est le résultat d’un procédé chimique. La saponification à froid, qui existe depuis l’antiquité, est également un procédé chimique.

On mime ce que la nature fait elle-même. Les laboratoires ont des librairies de molécules provenant de sources variées, de biomatériaux ou de minéraux. La plupart des vitamines, fondamentales pour la peau, sont d’ailleurs créées en laboratoire car présentes en trop petites quantités dans la nature. On s’en inspire pour les reproduire. Le corps est incapable de faire la différence entre les deux. D’autant qu’on peut plus facilement garantir la pureté des molécules de synthèse que celles provenant directement des végétaux.

Comme le disait Paracelse, fondateur de la toxicologie au XVIème siècle : « Rien n’est poison, tout est poison : seule la dose fait le poison ». En grande quantité, tout devient dangereux, même l’eau. C’est donc le dosage qui reste l’élément capital pour garantir la sécurité. C’est pourquoi, nous nous interrogeons toujours sur le refus de certaines applications de notation de prendre en compte les concentrations des ingrédients dans leur analyse.

Les soins Bio ou Naturels forcément bon pour la peau et la planète ?

Beaucoup de marques actuelles surfant sur la tendance « clean » affichent un haut pourcentage d’ingrédients naturels comme si cela était la garantie d’un soin meilleur pour la santé ou pour la planète.

Or qui dit Bio ou Naturel, ne signifie pas forcément sans danger pour la peau. Quand on regarde de plus près la composition des soins bio ou naturels, on peut y trouver des substances allergènes ou irritantes. Le sodium lauryl sulfate par exemple ou encore l’alcool sont fréquemment utilisés dans les cosmétiques bio alors que leur nature irritante est largement démontrée.

L’impact positif pour la planète des produits naturels est également à prendre avec des pincettes. La surexploitation des terres agricoles servant à cultiver les ingrédients peut avoir des conséquences sur les écosystèmes qu’il est important de prendre en compte. Dans de nombreux cas, exploiter une plante est plus polluant et moins écologique que de synthétiser en laboratoire.

Enfin, avec un cahier des charges toujours plus exigeant, les labels bio ou naturels, amènent à écarter des ingrédients à l’efficacité pourtant prouvée. L’exemple des produits solaires est assez marquant à ce sujet. On voit de plus en plus de personnes inquiètes à propos de l’utilisation des filtres solaires. Certains hésitant même à protéger leurs enfants ! Or, dans un dossier consacré aux cosmétiques Bio, Que Choisir déplore l’inefficacité de bon nombre de solaires « bio », jugées dangereusement inefficaces pour protéger du rayonnement solaire.

Attention donc aux raccourcis faciles et rapides créés de toute pièce par des experts en marketing. Et faisons confiance aux études cliniques et travaux d’experts qui évaluent en permanence la sécurité des ingrédients de l’industrie cosmétique.

Nous avons la chance en Europe de bénéficier d’instances de régulations et de sécurité du consommateur les plus stricts au monde. L’ensemble des études sont publics et consultables sur le site de la commission européenne.

Et si vous avez un doute, on ne conseillera jamais assez de demander l’avis d’un expert dermatologue ou pharmacien, les mieux à même de vous orienter vers les solutions les plus adaptés à votre peau !