Acné et rosacée : comment les distinguer ?

La rosacée et l’acné sont deux dermatoses inflammatoires chroniques de la peau qui affectent principalement le visage. Elles peuvent souvent être confondues en raison de la présence de boutons au niveau du visage.

Mais alors comment faire la différence entre ces deux pathologies ?

Tout d’abord, il faut savoir que la rosacée survient généralement chez les personnes adultes âgées de trente à cinquante ans alors que l’acné affecte principalement les adolescents bien que cette dernière puisse persister dans certains cas chez l’adulte. La rosacée est également plus présente chez les sujets à peau claire alors que la prévalence de l’acné est la même pour tous les types de peaux.

De plus, les signes cliniques sont différents pour chacune de ces pathologies. En effet, la rosacée peut se caractériser par des rougeurs (ou érythèmes) qui peuvent être transitoires ou permanentes, par l’apparition de vaisseaux sanguins dilatés (ou télangiectasies) ou bien encore par la présence de boutons qui peuvent se présenter sous la forme de papules ou de pustules inflammatoires localisés uniquement au niveau des joues, du front du nez ou du menton. Dans le cas de l’acné, les signes cliniques sont principalement localisés au niveau du visage mais il est fréquent de retrouver des lésions sur les épaules, le torse et le dos contrairement à la rosacée. Les boutons d’acné sont localisés dans des zones plus grasses et donc plus riches en sébum au niveau du visage et plus spécifiquement au niveau de la zone T du visage qui correspond au nez, au menton et au front. L’accumulation de sébum dans les pores de la peau peut finir pas les obstruer et conduire à la formation de comédons dits fermés (ou boutons blancs) ou à la formation de comédons dits ouverts (ou points noirs). Les points noirs sont caractérisés par une accumulation de sébum et de débris cellulaires qui se sont oxydés et sont ainsi devenus noirs. Ils ne sont retrouvés que dans l’acné et permettent ainsi de faire le diagnostic différentiel entre l’acné et la rosacée.

Ces deux pathologies sont également très différentes d’un point de vue mécanisme

En effet la rosacée est en partie due à un dysfonctionnement du système neuro-vasculaire et immunitaire et implique la colonisation de notre peau par un acarien appelé Demodex. Elle est souvent déclenchée par des facteurs environnementaux tels que l’exposition au soleil, des températures extrêmes mais aussi par des facteurs liés au mode de vie, tels que le stress, la consommation d’alcool ou les boissons chaudes et la consommation d’aliments épicés. L’acné, quant à elle se caractérise entre autre par une hypersécrétion de sébum, une hyperkératinisation folliculaire et par la colonisation de notre peau par une bactérie et non par un acarien appelée Cutibacterium acnes. Elle est également déclenchée par des facteurs environnementaux comme la pollution ou des régimes alimentaires particuliers mais elle peut aussi être associée à des changements hormonaux rencontrés au moment de la puberté par exemple.

Enfin, les traitements de ces deux pathologies sont différents et répondent à des schémas thérapeutiques distincts. En effet, la rosacée peut nécessiter la prise d’un traitement médicamenteux local tel que l’application d’un antifongique comme le métronidazole pour lutter contre la colonisation de Demodex, ou encore l’application d’acide azélaïque, une molécule ayant des propriétés antiinflammatoires et antibactériennes. L’acné, quant à elle peut nécessiter l’application d’antibiotique ou de molécules telles que les rétinoides. Il est recommandé dans les deux cas, d’utiliser des nettoyants doux. Enfin, certains soins tels que les peelings superficiels sont réservés aux peaux grasses et recommandés dans l’accompagnement des traitements de l’acné.

Malgré ces traitements, l’acné peut parfois laisser des marques ou cicatrices de façon permanente. Aussi, il est possible de remarquer des taches sombres d’hyperpigmentation dues à l’acné, qui apparaissent généralement sur et autour des boutons, en particulier chez les patients ayant une peau de phototype foncé.

La rosacée peut également laisser des séquelles esthétiques dans le cadre d’une forme particulière de rosacée appelée Rhinophyma rencontrée essentiellement chez les hommes et caractérisée par un épaississement de la peau au niveau du nez.